lundi 31 août 2009

Navigation sans but

Invariablement, les couleurs se posent sur la toile. Invariablement, un sentiment d'aléatoire, un tâtonnement infini comme si le coeur ne savait encore bien définir ses émotions. Couche après couche, patiemment, les contours se font plus précis. Comme fil rouge, l'abstrait. Pour rappeler nos vies, multiples, complexes et différentes. Et puis, observer. L'observation, grand plaisir de ma vie. L'observation, synonyme de prendre le temps. L'observation, ce mot vieillot, tabou de notre société où la déesse de la vitesse est adulée par des êtres qui ne prennent plus le temps de vivre.

copyright LiseHofmann.com
Comprendre ces traits, posés au hasard. Ou justement, ne rien comprendre. Continuer les couches de couleurs. Inlassablement. Observer le rouge qui aparaît comme par mirage de ma palette bleue. Lisser l'oeuvre et la laisser déployer ses ailes. Désormais, elle est vivante, elle dicte mes gestes. C'est elle qui me guide et qui demande ... un peu de joie ici, et de ténèbre par là. La poser alors, sur un petit chevalet entouré d'or. Vaquer à ses occupations. Imaginer qu'on va l'oublier. Y revenir, comme un amour intarissable. Et soudain, enfin, comprendre l'harmonie entre le coeur et la toile.Avec ce petit texte, je renoue avec mon plaisir d'écrire. Désormais, vous me retrouverez au moins une fois par semaine pour un petit billet. Texte ou création, cela dépendra de la saison !

7 commentaires:

nanou34 a dit…

de redire que j'aime te lire
oui je ressens ce que tu mets si joliment en mots
se perdre dans ta toile et renaître bises

MyriamMamantoine a dit…

J'aime te voir jouer avec les mots comme avec le pinceau, c'est toujours un plaisir de venir te voir. Biz

clindoeil de la colline a dit…

Merci Lise pour ce billet...
... et surtout l'arc-en-ciel de ta palette et l'étincelle de tes mots
qui m'ont manqué va à nouveau me laisser interpeler !...

Bisous
Roseline

Rachelle a dit…

Quel bonheur de redécouvrir tes textes, Lise. Me réjouis de revenir te lire.
Bisous

katch a dit…

"Et soudain, enfin, comprendre l'harmonie entre le cœur et la toile", oui, tout est là, dans le tâtonnement qui rend cela possible.

C'est rudement agréable de voir que tu vas de nouveau laisser libre cours aux mots qui palpitent dans tes regards.

Tendrement

Glycérine a dit…

Je suis ravie de te retrouver.. ton texte est superbe comme toujours.. j'aime..
et Merci

Gwendoline a dit…

J'aime ton style, ta douceur, ta facilité (?) à pointer du doigt la vie, avec ses points forts et ses points noirs.

Te lire me fait du bien.

Merci.