vendredi 21 mai 2010

Que veux-tu vraiment?

Lundi, j'ai déjeuné avec mon Futur. 3 visages masculins similaires. Cheveux bruns, yeux bleus. Ah. Conversations utopiques auxquelles je ne comprends rien "voici 40 qui font 60. Non, 60 qui font 40. Désolé, je suis un peu émouvu." Ah. "Pas de souci, si vous voulez vous pouvez donner plus, j'accepte. " Ah ?! Aux questions trop précises, je les renvoie à leurs questionnaires administratifs. Le futur reste à inventer, mais là, je n'ai pas la patience.
Le dernier avait l'impertinence de la jeunesse. Des questions en Alexandrin. "Mais alors si vous n'êtes pas la femme sur le passeport, qui êtes-vous ?" Sourire. "- Oui. Qui suis-je ?" Silence. Plaisir à me perdre dans ton Océan trop bleu. Mon futur est lumineux.
Land-Art à Devin-du-Village, Juillet 2009, capturée au LOMO

L'après-midi, je me suis baladée avec mon Présent. Bruits de trains, de bus. Effervescence de la ville qui danse autour. J'ai posé mes bagages dans mon refuge. J'ai fait chauffer l'eau pour le thé en observant les plantes jouer avec l'unique rayon de soleil. Courageuses, de petites pousses ont percé la terre malgré le froid. Je regarde le tableau à moitié commencé, à moitié terminé. Je regarde seulement. Je sens les gorgées parfumées envahir ma gorge. Et ma respiration enfin libérée.

Le soir, j'avais rendez-vous avec mon Passé. Communications virtuelles et anonymes avec quelqu'un qui a visiblement traversé ma vie. Ou plutôt invisiblement. Les films muets, en noir & blanc c'est pour la période de Noël, en famille, autour de l'arbre. Nous sommes en mai, c'est Cannes, couleurs et paillettes. Les textos parlent d'un concert de kiss (?), d'immaturité (??), d'éducation catholique (???). Ma mémoire me fait défaut. Visiblement. Les archives sont trop poussiéreuses. Je laisse le vent disperser les souvenirs ...

Cette nuit-là, sur l'oreiller, je t'ai entendu murmurer : "Et toi, quel monde choisis-tu?"

1 commentaire:

Marie-Aimée a dit…

je reste dans un état de suspension à la lecture de ton post.....
pas désagréable cette sensation...