jeudi 10 novembre 2011

Les envolées silencieuses, les violons du souvenirs ... réveillent les projets, les désirs ...

Nostalgie ... Il y a quelque chose du passé dans cette petite composition. Quelque chose qui sent les confitures de grand-maman. Comme un petit objet qu'on pourrait poser sur son vieux buffet de la cuisine. Comme un regard en arrière, une nostalgie de ce temps où l'on avait le temps, justement.

Je suis là, hors de ma zone de confort, emmenée au bord du précipice de ma mémoire, de ma créativité, lors de doux week-end à Arzier, début septembre.

copyright Lise Hofmann

2 commentaires:

le bourdon masqué a dit…

un sentiment d'oubli. Il manque un élément, lequel ?
J'ai oublié...

Anonyme a dit…

ravissant, gros bisous ma lise